Destination Cervia où le bien-être a le goût du sel et invite à prendre soin de soi

De la cale de « l’or blanc » à un sanctuaire holistique, la ville de Romagne a trouvé le bon mélange d’histoire, d’hospitalité et d’innovation. Comme en témoigne la Darsena del Sale, le point de départ d’un voyage sensoriel complet.

De la cale de "l'or blanc" à un sanctuaire holistique, la ville de Romagne a trouvé le bon mélange d'histoire, d'hospitalité et d'innovation. Comme en témoigne la Darsena del Sale, le point de départ d'un voyage sensoriel complet.

Un temple de bien-être et de lumière. Il est difficile de décrire en quelques mots un lieu aussi polyvalent et multifonctionnel que la Darsena del Sale, à Cervia. Mais la combinaison du bien-être décliné sous toutes ses formes – de la restauration au divertissement, en passant par le spa – et de la lumière qui change du matin au tard le soir, et joue entre les fenêtres et les murs encore gonflés de sel, est un bon début . L’eau et le sel : traditions ancestrales, richesse, santé, travail associatif, histoire. Le Magazzino del Sale à Darsena est né au début des années 1700, construit avec les briques rouges de la Rocca di Cervia Vecchia, abandonnée à la fin des années 1600 pour reconstruire la ville sur les rives de la mer où elle se trouve aujourd’hui, loin des marais paludéens. Sur le même sujet : Détente et méditation, bénéfiques mais pas pour tout le monde. Il contenait jusqu’à 100 quintaux d' »or blanc » produit par la saline voisine. Témoignage d’archéologie industrielle revisitée dans les années 1980 par l’architecte Giancarlo De Carlo, avec un projet de récupération et de transformation de l’Entrepôt en musée naval, puis oublié comme bastion abandonné entre la piazzale dei Salinari et le canal entre le Pont Mobile et le Ponte di Via Cavour, où Cervia borde la voisine Milano Marittima. La renaissance, grâce à un appel d’offres européen remporté par l’entrepreneur Leopoldo Cavalli, PDG de Visionnaire, basé sur un projet de l’architecte Fabrizio Fontana d’Archlabo, a vu l’intervention sur une surface extérieure de plus de 20 mille mètres carrés, avec le trois mille intérieurs du Magazzino del Sale, avec un investissement de plus de 10 millions d’euros.

Un coin de la Sala dell’Acqua, l’espace dédié à la restauration la plus exclusive, près de la scène des concerts.

Un projet qui, selon les mots de l’architecte Fontana, est à la fois une récupération historique et un musée ouvert, et une évolution de l’ancienne culture du sel. A cet égard, il vaut la peine d’aller visiter la saline voisine, dont les tas de sel blanc éblouissant semblent avoir baptisé la ville – acervus, latin pour « tas » -, et le petit musée du sel bien documenté, à quelques pas , également maintenu en vie grâce à un réseau dynamique de bénévoles. Le résultat est un lieu aux multiples facettes, fascinant, agréable de l’aube au crépuscule et en toute saison, où les espaces déjà grands semblent multipliés par les solutions architecturales et certains éléments de l’intervention de De Carlo, qui a relié trois étages de mezzanines avec une grille de métal et béton, ont été maintenus et intégrés. Comme l’escalier en fer, sinueux et imposant à la fois, qui embrasse le coin cave et mixologie et mène à la Terrazza Darsena, au premier étage, dédiée au brunch et à la cafétéria. Ou la perspective très spéciale que l’on peut apprécier depuis la Sala dell’Acqua, devant la scène des spectacles en direct, où l’œil rencontre un autre escalier qui semble mener au pont d’un navire élancé sur l’Adriatique.

Les briques du XVIIIe siècle rencontrent le métal rouge, pour une esthétique qui montre toute la vie de la Darsena.

A propos de toute la lumière, nous avons dit. Celui de jour qui entre par les immenses baies vitrées et tourne au fil des heures, changeant d’humeur, d’atmosphère et de façon de vivre le lieu ; l’hyper-technologique, qui « mouille » les vieux murs et s’estompe jusqu’au plafond, transformant une zone solaire en un environnement idéal pour vivre la nuit. Et des espaces fluides, qui voient un grand équilibre entre les pleins et les vides, où entrevoient des pièces historiques conçues par Visionnaire. Suivant le fil conducteur de la modernité qui a des racines anciennes, Visionnaire a intégré son histoire – le canapé Mercury, une réédition de la pièce présentée en 1961 lors de la première édition du Salone del Mobile de Milan ; les fauteuils colorés Pavone dessinés par Marc Ange, exposés pour la première fois à Art Basel Miami 2019 – avec la recherche de tissus et de métaux à double usage intérieur et extérieur, résistants à un environnement marin où les murs respirent encore le sel qu’ils ont respiré décennies. Quel que soit l’éclairage, un rectangle de verre foncé calé à l’entrée, qui court sur toute sa hauteur, attire le regard ; le « diamant noir » du spa, qui résume le concept du lieu : la santé vient de l’eau. Et du sel.

Laisser un commentaire